Mission sanglante en Afrique Centrale
EAN13
9782310017039
ISBN
978-2-310-01703-9
Éditeur
Amalthée
Date de publication
Collection
AM.AMALTHEE LIV
Poids
260 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier

Mission sanglante en Afrique Centrale

Amalthée

Am.Amalthee Liv

Offres

Entre 1897 et 1899, la France envoie trois missions militaires vers le lac Tchad. Leur but est de s’y regrouper et d’y installer un protectorat ce qui permettra de réunir nos colonies d’Afrique occidentale à celles d’Afrique équatoriale. Il faut faire vite car ce lieu stratégique est également convoité par d’autres puissances européennes établies dans la région, comme l’Angleterre et l’Allemagne, qui veulent y contrôler le commerce caravanier venu de Tripoli et de Zanzibar. La mission Foureau-Lamy, partie du sud algérien, celle de Gentil venue du Moyen-Congo et des éléments de la mission Afrique centrale, formés à Zinder, vont se retrouver à l’Est du grand lac et réussir la conquête du Tchad. La mission Afrique centrale des capitaines Voulet et Chanoine commet tout au long de son parcours de terribles atrocités : villages pillés et incendiés, populations innocentes torturées et massacrées. Informée de ces horreurs, la France envoie un officier supérieur, le colonel Klobb, reprendre en main la mission et arrêter ses deux chefs. Ayant rejoint la colonne, il est assassiné sur ordre de Voulet. Celui-ci et son adjoint Chanoine sont, à leur tour, tués par les tirailleurs révoltés qui refusent d’aller plus loin et réclament de rentrer au Soudan. A Zinder, la mission se partage alors en deux : les plus nombreux reviennent chez eux, les autres, restés fidèles, vont au Tchad, conduits par les lieutenants Joalland et Meynier, participer à la prise de ce territoire. L’auteur, médecin, a fait une grande partie de sa carrière dans l’industrie pharmaceutique. Historien passionné de la période du Consulat et de l’Empire, il s’intéresse à la politique coloniale de Napoléon et publie deux livres, l’un en 2007 sur les dernières années de l’Île de France avant sa prise par les Anglais, l’autre en 2009 sur l’anéantissement par la fièvre jaune du corps expéditionnaire français envoyé en 1801 à Saint Domingue. Au cours d’un séjour de huit ans au Japon, il acquiert une connaissance approfondie de ce pays et publie La fin du Shogunat et les Occidentaux en 2011. Retraité, il est médecin humanitaire à la Croix-Rouge et effectue de nombreuses missions en Afrique, notamment en Mauritanie, au Niger et au Tchad.
S'identifier pour envoyer des commentaires.