Les chats de Copenhague, Traduit de l'anglais et préfacé par Charles Dantzig
EAN13
9782246801115
ISBN
978-2-246-80111-5
Éditeur
Grasset
Date de publication
Collection
Littérature Etrangère
Nombre de pages
36
Dimensions
17 x 21 x 1 cm
Poids
180 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Les chats de Copenhague

Traduit de l'anglais et préfacé par Charles Dantzig

De

Grasset

Littérature Etrangère

Offres

« Joyce continuait à écrire des poèmes, par esprit d’enfance. En 1934, dans une lettre du Danemark où il se reposait et relisait les épreuves d’Ulysse, il en écrit un à Stephen, son petit-fils de quatre ans. « Imagine un chat restant au lit / toute la journée / à fumer des cigares ». Ces Chats de Copenhague avaient été précédé, quelques jours auparavant, par Le Chat et le Diable, conte où le diable construit un pont en une nuit face à la ville de Beaugency. Ça n’est pas mal, d’être le petit-fils de Joyce. On a des histoires originales pour soi tout seul. Et des histoires inattendues, pas des contes d’adultes destinées à inculquer l’Ordre dans la tête des enfants. Dans Les Chats de Copenhague, avec cette teinte d’anarchie qui est le goût des Irlandais, les policiers restent au lit à fumer des cigares. Ils leur ont été offerts par de vieilles dames voulant traverser la rue. Que sont devenues les vieilles dames ? Elles ne sont pas le sujet de Joyce. Dans ses fictions, il y a des hommes de tous les âges, mais les femmes y sont généralement jeunes ; au mieux des mères, jamais de grands-mères. »
 
                                                                                                                                                                         ChD
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur James Joyce