La librairie vous accueille le lundi de 14h à 19h et du mardi au samedi de 9h30 à 19h.
3 rue de la Paix 53000 Laval - 02 43 53 04 00 - librairiemlire@gmail.com

 

Lib. Clareton Des Sources -.

http://www.librairieclareton.fr

Conseillé par (Libraire)
6 mai 2020

"Antonio José Bolivar Proano savait lire, mais pas écrire. [...]
Il lisait lentement en épelant les syllabes, les murmurant à mi-voix comme s'il les dégustait, et, quand il avait maîtrisé le mot entier, il le répétait d'un trait. Puis il faisait la même chose avec la phrase complète, et c'est ainsi qu'il s'appropriait les sentiments et les idées que contenaient les pages.
Quand un passage lui plaisait particulièrement, il le répétait autant de fois qu'il l'estimait nécessaire pour découvrir combien le langage humain pouvait être aussi beau.
Il lisait en s'aidant d'une loupe, laquelle venait en seconde position dans l'ordre de ses biens les plus chers. Juste après le dentier."
.
Premier roman de l'auteur chilien traduit en France et publié en 1992 aux éditions Metailié.
Ce court texte nous raconte Antonio José Bolivar Proano, homme vieillissant qui vit seul dans une cabane sur les rives du fleuve Amazone et dont l'unique distraction est ses romans d'amour.
Antonio a eu plusieurs vies, dont une au contact des Shuars, peuple indigène qui a toujours respecté la nature et toujours su que ce n'était pas l'homme qui avait le pouvoir dans la forêt mais la forêt et ses habitants, et toutes les armes de la terre n'y pourront rien.
La vie quotidienne du petit village est troublée par le massacre d'un gringo, chasseur qui a perdu face à sa proie, une panthère.
Pour ramener le calme dans la région, plusieurs hommes du village dont Antonio partent en mission pour retrouver cette bête féroce.
Un texte empreint d'humour (avec une belle galerie de personnages), de poésie, mais aussi de gravité car le message sous-jacent est que l'homme ne respecte plus la nature, et que sa barbarie a atteint ce lieu que l'on pensait pouvoir préserver.

Conseillé par (Libraire)
6 mai 2020

"Comme John Wilkes Booth, comme le premier de cette longue lignée d'assassins américains, John veut entrer dans la légende en perpétuant cette tradition séculaire qui veut qu'un citoyen ordinaire change le cours de l'Histoire, prenne possession de son destin et de celui de la nation, en abattant le plus illustre d'entre eux. Alors son visage ne sera plus une masse informe, alors son nom sera à la une des magazines, alors son aura hantera les journaux télévisés. Alors, il ne sera plus un inconnu pour Jodie Foster. Pour cela, il lui suffit d'appuyer sur la détente, de tuer un Président, n'importe lequel.
Depuis un mois, c'est Ronald Reagan qui est dans sa ligne de mire puisque c'est lui le nouveau président des Etats-Unis."
.
Le 30 mars 1981, à Washington, John Hinckley Jr tire sur le président Ronald Reagan.
Pourquoi? Pour prouver à Jodie Foster qu'il l'aime et qu'il lui est totalement dévoué.
Clovis Goux nous entraîne dans les pas de Hinckley, jeune homme dépressif, suicidaire, fabulateur, obsédé par les armes, John Lennon et surtout Jodie Foster depuis qu'il l'a vue dans Taxi Driver.
Une obsession qui le fera voyager à travers les Etats-Unis sur les traces de son idole, qui l'enfoncera dans un cercle vicieux de mensonges et de manipulations pour le mener à cette date fatidique du 30 mars 81.
Le parcours de cet homme perturbé et perturbant est surtout prétexte à une analyse sociétale de la fin des années 70 marquées par de nombreux meurtres (rapportés ici dans de brefs chapitres jalonnant le roman) et surtout l'impression réelle que ce qui avait pu être initié en 1969 avec l'assassinat de Sharon Tate par la Manson Family est véritablement arrivé ici à sa conclusion, c'est-à-dire la fin des illusions et la plongée glaçante dans un monde ultra-conservateur donc nous ne pouvons qu'observer les résultats sur notre société actuelle.
.
Conseillé par Marie

Conseillé par (Libraire)
6 mai 2020

Après " Dans le jardin de l'ogre" et "Chanson douce" Leila Slimani revient en force avec ce nouveau roman.
.
Mathilde la belle alsacienne tombe amoureuse d'Amine un marocain engagé dans l'armée française.
Après la Libération le couple s'installe au Maroc à Meknès. Pour la jeune femme c'est la désillusion totale... Elle ne trouve pas sa place dans ce pays qui n'est pas le sien...
.
Leila Slimani nous offre une fresque délicate du Maroc colonnial des années 1950 à travers l'histoire intime d'une famille.
Un premier volet passionnant, on a hâte de découvrir la suite ! 😊
.
Conseillé par Chloë

Le Mot et le reste

Conseillé par (Libraire)
6 mai 2020

"J'ai grandi dans ce chaos où la frontière entre le bien et le mal n'existait pas. Les macs et les voyous, les artistes et les honnêtes gens trouvaient un terrain d'entente. Tout ça a influencé ma vision de la vie. Pour moi, nous évoluons dans un mouvement circulaire susceptible de renversements, de renouveau et de métamorphoses. J'en suis la preuve vivante. Regardez d'où je viens et ce que je suis aujourd'hui. J'ai connu le pire et le meilleur, du pire j'ai fait ma fortune et celle de mes proches, j'ai cru en mon destin, moi le petit Louis de Back O'Town."
.
Tout le monde connaît Louis Armstrong, sa carrière, son oeuvre musicale. Alors Claire Julliard nous entraîne ici sur les traces de sa jeunesse à la Nouvelle-Orléans.
De ses 5 ans à son départ pour Chicago, on suit le jeune Louis dans les ruelles sordides de Storyville, quartier malfamé, farci de lupanars, bars clandestins où le danger guette a chaque coin de rue. Au programme, la pauvreté, la ségrégation, la débrouille, mais aussi la naissance du Jazz. Au détour de Perdido Street et James Allee, nous croisons plusieurs figures de la scène musicale louisianaise qui sont à l'origine de la vocation de Satchmo.
Un roman a une voix, celle de Louis, qui raconte sa vie comme il le ferait lors d'une interview.
Une lecture dépaysante, et on ne peut plus instructive sur cet artiste jovial, optimiste, qui ne se laissait jamais abattre face aux aléas de la vie.
.
Conseillé par Marie

21,90
Conseillé par (Libraire)
6 mai 2020

Ce roman est un hommage à cette peintre méconnue du grand public : Amrita Sher-Gil.
Née d'un père indien et d'une mère hongroise, elle a marqué l'histoire de la peinture indienne.
Belle, audacieuse, libre, passionnée et talentueuse, l'artiste ne cessera de s'interroger sur ses racines indiennes.
Patricia Reznikov nous offre un roman coloré, on s'évade dans l'Inde Coloniale, en passant par Budapest, Paris et Florence.
.
Un destin hors norme, à découvrir !
.
Conseillé par Chloë