EAN13
9782070194766
ISBN
978-2-07-019476-6
Éditeur
Gallimard
Date de publication
Collection
Éditions originales
Nombre de pages
368
Dimensions
2 x 1 x 2 cm
Poids
540 g
Langue
français
Fiches UNIMARC
S'identifier
Indisponible
En matière éditoriale, André Gide était un stratège. Sa relation avec l'éditeur Jacques Schiffrin (1892-1950) - trente années d'une amitié sans faille dont témoignent les quelque deux cents cinquante lettres inédites ici rassemblées - le confirme de façon exemplaire.Né en Russie et installé en France en 1922, Schiffrin associe Gide au premier livre qu'il fait paraître, dès 1923, à l'enseigne de sa firme, les Éditions de la Pléiade. L'écrivain confie à la jeune maison quelques-unes de ses œuvres et suit de très près les débuts d'une collection promise à un grand destin : la «Bibliothèque de la Pléiade» (1931). Et quand l'éditeur aura besoin de recourir à des fonds complémentaires, il conseillera à Gaston Gallimard de l'accueillir sous son toit. Schiffrin devient dès lors directeur de la collection pour la NRF. Gide sera le premier auteur à voir l'une de ses œuvres entrer de son vivant dans la collection : le Journal, à la mise au point duquel nous assistons ici.Puis c'est la tragique bousculade de l'Histoire : mobilisé en 1939, Schiffrin se voit contraint de quitter la France en 1941. Son exil à New York ne sera possible que grâce au soutien pécuniaire et logistique de Gide. S'ouvre alors la période américaine, où la correspondance entre les deux hommes se prolonge. Années douloureuses, hantées par l'espoir d'un retour toujours reporté...
Quelque deux cent cinquante lettres inédites témoignent ici d'une amitié sans faille de trente années entre André Gide et l'éditeur Jacques Schiffrin (1892-1950).
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Autres contributions de...

Plus d'informations sur André Gide
Plus d'informations sur Jacques Schiffrin