La faille
  •  
EAN13
9782879297286
ISBN
978-2-87929-728-6
Éditeur
Éditions de L'Olivier
Date de publication
Collection
Littérature étrangère
Nombre de pages
280
Dimensions
20 x 14 x 1 cm
Poids
288 g
Langue
français
Langue d'origine
anglais
Fiches UNIMARC
S'identifier

Offres

Autre version disponible

Contes cruels

Ouvrir un livre de Mary Gaitskill est une expérience pour le lecteur. Nous sommes dans une boîte de nuit ou un aéroport. Un homme et une femme se parlent. Qu’importe la banalité de la situation, l’écriture précise de Gaistkill sait mettre à nu le malaise latent, la tension sexuelle, la domination sociale sous le vernis de la normalité. Considérée par plusieurs générations d’auteurs américains (de Ford à Shteyngart) comme une icône littéraire et une nouvelliste de génie, Gaitskill est surtout connue en France grâce à Veronica (L’Olivier, 2008), roman qui renouvelait le thème des désillusions post-années 80. Proche de Joyce Carol Oates ou A.L. Kennedy, son style sophistiqué se révèle d’une efficacité redoutable dans la forme courte.

Née en 1954, Mary Gaitskill appartient à la « nouvelle génération perdue », celle de Bret Easton Ellis ou Jay McInerney. Critique de rock, chroniqueuse pour The Village Voice, elle publie fréquemment des nouvelles dans The New Yorker.
S'identifier pour envoyer des commentaires.

Commentaires des lecteurs

22 mars 2013

Rapports extrêmes

Pour avoir lu Veronica, je connaissais le côté un peu sulfureux de Mary Gaitskill. Dans ce recueil de nouvelles, il est encore plus marqué. Les personnages oscillent entre perversité et tendresse. Mais derrière cette vision crue et réaliste des relations ...

Lire la suite

Autres contributions de...

Plus d'informations sur Mary Gaitskill
Plus d'informations sur Madeleine Nasalik