Une fille, qui danse

Une fille, qui danse

Julian Barnes

Folio

  • 14 octobre 2015

    Orgueil et conséquences

    ** **Tony est un jeune retraité récemment divorcé. Alors qu’il semble enfin commencer à vivre selon ses désirs, il va devoir revisiter son passé et notamment l’histoire de ses amitiés étudiantes et de son premier chagrin d’amour avec la mystérieuse Véronica. Julian Barnes a obtenu un Man Booker Prize (le Goncourt anglais) pour ce roman, et c’est largement mérité ! A travers les destinées de ses héros attachants, il nous offre une superbe réflexion sur des sujets aussi ambitieux que le sens l’Histoire et la responsabilité de nos actes individuels. L’intrigue, alerte, nous entraîne des emballements amoureux et intellectuels de la jeunesse jusqu’à un drame du passé dont la découverte pourrait, des années après, changer la tranquille existence de Tony. Mais en littérature, comme dans la vie, rien n’est si simple. Et je vous mets au défi de deviner la fin de ce très beau roman. Si vous n’avez pas encore découvert « Une fille, qui danse », précipitez-vous, en plus d’une lecture divertissante vous aurez aussi le plaisir d’être dérangé et secoué dans vos certitudes. C’est tout le sel de la (bonne) littérature. Bravo et merci Mister Barnes !

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    19 juin 2014

    Julian Barnes choisit dans ce roman de traiter d'un sujet qui nous concerne tous : le temps.
    Il y décrit les méfaits et les bienfaits du temps qui passe : les imperfections de la mémoire, la vieillesse du corps, les premiers regrets... Mais loin de s’apitoyer, il montre qu'il est toujours temps de revenir sur notre passé, de changer les choses et de se reconstruire.
    A travers les souvenirs du narrateur, un sexagénaire anglais nommé Tony Webster, Julian Barnes explore la nature humaine et raconte comment l'homme préfère ne conserver qu'une version de sa vie. Le plus souvent, la plus éloignée de la vérité...

    Tout simplement brillant !


  • par (Libraire)
    4 juin 2014

    La mémoire et le temps

    Qu'arrive-t-il à la mémoire, avec le temps...?
    Telle est la question, lancinante, que se pose le narrateur, Tony Webster. Quand il évoque son adolescence, il n'est jamais sûr de ne pas inventer, ou de ne pas oublier certains aspects ou certains évènements. Entre l'évocation de Veronica, sa première petite amie, de Margaret, son ex-femme, et d'Adrian, le brillant élève, le narrateur se pose beaucoup de questions, et se demande si, à un stade avancé de l'existence, nos émotions d'autrefois changent.... "Mais le temps... comme le temps nous soutient d'abord, puis a raison de nous...", et que finalement, plus on vit moins on comprend.
    Grâce à une construction très réussie et un rebondissement final inattendu, Julian Barnes réussit son pari sur ce sujet maintes fois traité en littérature.